The Morning After by Nick Walker

Nick Walker, né à Bristol en 1969, émerge sur la scène graffiti londonienne dans les années ’80. Attiré par le pochoir, il combine rapidement la technique avec les tracés manuels pour obtenir des images à la fois rigoureuses et précises. Un procédé qui lui permet d’intégrer des plans spécifiques en tout lieu et sur toute surface.
A l’image de Richard Hambleton et son Shadowman, Nick Walker recourt chroniquement à un personnage  pour mettre en scène ses idées. Baptisée « Mr Vandal », la silhouette, élégante, flegmatique et britannique à souhait, brise l’imagerie usuellement associée aux activistes du graffiti. Ironie, dérision, les deux termes s’accordent à l’approche de Nick Walker. Pour preuve, sa fresque parisienne « Corancan » où sont représentées six danseuses de French Cancan voilées. Un excellent calcul, en pleine campagne électorale, face à la recrudescence des extrémismes dans l’Hexagone.
Comparé à Banksy, certains affirment même qu’il s’agit d’un seul homme, il bénéficie d’une exposition et d’un succès similaires: iconographies proches, goût semblable pour l’humour et la subversivité, la distinction s’avère effectivement difficile. Son travail, plébiscité, à forte résonance populaire, lui a notamment permis de collaborer avec Stanley Kubrick sur « Eyes Wide Shut ».
The Morning After
The Morning After by Nick Walker
 
The Morning After by Nick Walker
 
The Morning After by Nick Walker
 
The Morning After by Nick Walker
 
The Morning After by Nick Walker
 
The Morning After by Nick Walker
 
The Morning After by Nick Walker
 
The Morning After by Nick Walker
 
The Morning After by Nick Walker
 
The Morning After by Nick Walker
 
The Morning After by Nick Walker
 
Plus d’articles sur Nick Walker

Étiqueté , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *