Robin Hammond – Condemned: Mental Health in African Countries in Crisis

« Condemned » est une série du photojournaliste néozélandais Robin Hammond. Réalisé au Soudan Sud, en Ouganda, en Somalie, en République Démocratique du Congo et au nord du Kenya, ce reportage cherche à documenter les conséquences des crises sur la santé mentale en Afrique subsaharienne. Une perspective chère à son auteur qui a toujours placé les questions humanitaires et les droits de l’Homme au coeur de son travail.
« Condemned » rassemble donc des clichés durs sur le supplice infligé aux malades mentaux dans des régions ravagées où aucune infrastructure permettant de prendre en charge ces personnes n’existe. Hommes, femmes et enfants sont cachés, enchaînés ou tout simplement enfermés dans des centres pénitenciers sans soins et sans traitement. Robin Hammond espère ainsi leur offrir le droit à la parole dont ils sont privés et porter à la connaissance du monde l’une des séquelles à long terme des conflits armés, des déplacements de populations, de la famine et des viols de masse.
A la suite de l’article et en complément aux images sélectionnés, vous trouverez une vidéo réalisée par le photographe, il y a un an, pour présenter ce projet et solliciter un soutien financier qui lui permette de le poursuivre. Entretemps, l’organisation FotoEvidence a décidé de publier un livre à partir de cette série récompensée la semaine dernière par le prix W. Eugene Smith 2013. L’ouvrage, qui rassemble 89 photographies en noir et blanc, est disponible au prix de $50,00 sur le site de FotoEvidence.
Robin Hammond - Condemned: Mental Health in African Countries in Crisis
Abdi Rahman Shukri Ali, 26 ans, a vécu enfermé et enchaîné depuis deux ans. Il reste avec sa famille à Dadaab à l’Est du Kenya, le plus grand camp de réfugiés où des Somaliens fuyant le conflit et la famine ont cherché la sécurité. Dadaab Refugee Camp, Kenya.
 
Robin Hammond - Condemned: Mental Health in African Countries in Crisis
Ce garçon de 14 ans est attaché depuis 6 ans. Sa mère refuse de le faire admettre à l’hôpital Gulu qui se trouve à seulement deux kilomètres. Gulu, Nord de l’Ouganda.
 
Robin Hammond - Condemned: Mental Health in African Countries in Crisis
Le docteur Lekwe Deezia prétend soigner les maladies mentales grâce à la force de la prière et des herbes médicinales traditionnelles. Tandis qu’ils reçoivent leur traitement, qui peut parfois prendre des mois, ses patients sont enchaînés aux arbres de sa cour. L’un d’entre eux pleure et dit qu’il est régulièrement battu, se plaint du froid et d’être attaqué par les moustiques chaque nuit. Son corps est recouvert de piqûres. Delta du Niger, Nigeria.
 
Robin Hammond - Condemned: Mental Health in African Countries in Crisis
« Home of Hope » prend soin des enfants mentalement malades qui ont été abandonnés. Jinja, Ouganda.
 
Robin Hammond - Condemned: Mental Health in African Countries in Crisis
Beaucoup de Somaliens emmènent leurs parents mentalement malades auprès de guérisseurs coraniques pour être soignés. Le conflit qui a frappé la Somalie pendant 20 ans a détruit les services de santé mentale et ne laisse que peu d’options. Mogadiscio, Somalie.
 
Robin Hammond - Condemned: Mental Health in African Countries in Crisis
Les hommes et femmes mentalement malades de la prison centrale de Juba sont gardés dans des cellules séparées la nuit, mais pendant le jour sont mélangés avec la population générale de la prison. Juba, Soudan.
 
Robin Hammond - Condemned: Mental Health in African Countries in Crisis
Dans la capitale somalienne, il y a au moins 7 cliniques privées qui « soignent » les patients atteints de troubles mentaux. Elles hébergent au moins 600 patients. Dans deux d’entre elles, plus de 80% des patients sont enchaînés. Hargeisa, Somalie.
 
Robin Hammond - Condemned: Mental Health in African Countries in Crisis
Ahmed Adan Ahmed, 13 ans, passe ses journées à marcher en cercle ou assis à promener ses mains dans le sable à ses pieds. Pendant 10 ans il a été attaché à un piquet sous une tente du camp de réfugiés à Galkayo. Sa mère Fawzia ne voit pas d’autre option: si elle ne l’attache pas il s’enfuit. Galkayo, Puntland, Somalie.
 
Robin Hammond - Condemned: Mental Health in African Countries in Crisis
Une patiente enchaînée attend son traitement à la clinique d’un guérisseur traditionnel. Kampala, Ouganda.
 
Robin Hammond - Condemned: Mental Health in African Countries in Crisis
Ce centre gouvernemental est supposé être un hôpital psychiatrique. Delta du Niger, Nigeria.
 
Robin Hammond - Condemned: Mental Health in African Countries in Crisis
Certains hommes et femmes mentalement déséquilibrés sont enchaînés et enfermés à l’écart à la prison centrale de Juba depuis des années. La nouvelle nation du Sud Soudan est confrontée à un défi terrible pour construire un état moderne capable de prendre en charge tous ses citoyens. Juba, Soudan.
 
Robin Hammond - Condemned: Mental Health in African Countries in Crisis
Le révérend Apostle S.B. Esanwi, docteur en divinité, traîte les personnes souffrant de maladie mentale avec des prières et des médecines traditionnelles qui consistent habituellement en des racines et des feuilles écrasées dans l’eau. Il prétend avoir soigné des centaines de patients. Beaucoup sont restés pendant des mois dans ses installations. Certains sont enchaînés pendant toute la durée de leur séjour. Dans des régions où la fortune comme la maladie sont attribuées au monde spirituel, la maladie mentale est considérée comme une malédiction. Les remèdes spirituels sont souvent recherchés et les chaînes régulièrement utilisées comme moyen de contrôle. Le Delta du Niger, Nigeria.
 
Robin Hammond - Condemned: Mental Health in African Countries in Crisis
Une patiente du centre de santé mentale de Galkayo essaye de s’échapper. Puntland, Somalie.
 
Robin Hammond - Condemned: Mental Health in African Countries in Crisis
En raison du nombre insuffisant de personnel, les membres de la famille sont encouragés à rester avec les patients au centre de santé mentale « Brothers of Charity ». Ce parent battrait souvent, attacherait et traînerait la patiente lorsqu’elle n’obéit à ses instructions. Goma, République Démocratique du Congo.
 
Robin Hammond - Condemned: Mental Health in African Countries in Crisis
Ce que l’on nomme centre de réhabilitation, à l’extérieur du Port Harcourt (Delta du Niger) retient plus de 170 personnes mentalement malades ou handicapées. En 1999, il a été transformé en lieu d’incarcération pour les sans-abris mentalement malades qui étaient évacués des rues dans un nettoyage préparant la Coupe du Monde FIFA junior. Ils y sont restés depuis. Alors que le personnel nie la présence d’enfants, le photographe a trouvé un enfant mentalement perturbé (approximativement 8 ans) dormant sur le sol de la chambre des internés masculins à « haut risque ». L’enfant s’y trouvait depuis 3 mois. Delta du Niger, Nigeria.
 
Robin Hammond - Condemned: Mental Health in African Countries in Crisis
Dans la périphérie de Monrovia, l’hôpital psychiatrique « Catherine Mills » a été détruit pendant la guerre civile et est à présent occupé par les réfugiés de guerre. Liberia.
 
Robin Hammond - Condemned: Mental Health in African Countries in Crisis
Une malade mentale est attachée à une pièce de moteur dans la prison centrale de Juba. Juba, Soudan.
 

Images © Robin Hammond / Panos
Commentaires traduits de l’anglais par OZARTS ETC

Étiqueté , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *