Philippe Hérard

Philippe Hérard peint l’Homme. Sur toile ou sur papier collé dans les rues, ce Français figure l’individu, replié, nu, à la fois affligé et obstiné. A la manière d’un Blu, il commente sans commenter, invite à considérer l’être moderne dans une société vieillissante. Quelques accessoires chroniquement représentés ouvrent des chemins mais ne forcent aucune lecture prédéfinie. La bouée, l’échelle, la fenêtre, chaque objet tient son rôle et s’en détourne aussi vite. La survie paralyse, la hauteur n’élève pas et l’ouverture isole… Pourtant, malgré la fadeur des traits, l’ironie des symboles et la fragilité apparente des sujets, l’oeuvre ne sombre pas dans la mélancolie.
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 
 
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 

 
Philippe Hérard
 
Philippe Hérard
 
Plus d’articles sur Philippe Hérard

Étiqueté , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *