Michael Ackerman

Photographies cathartiques, les clichés de Michael Ackerman reflètent avant tout un irrépressible besoin de ne rien manquer. Pas un lieu, pas un visage, pas une atmosphère.
Fruits d’une élaboration technique unique, émergeant en marge de toute école – Michael Ackerman est autodidacte -, ses images, par leur lumière, leurs reflets, leur grain voire leur dégradation, figent en noir et blanc les marques du temps. En Pologne où il a vécu pendant 10 ans, comme en Italie ou à New York, il capture les espaces, les scènes, les masques dans lesquels il se retrouve. Une forme de récit personnel qui par sa radicalité, et donc sa sincérité, peut ébranler tout spectateur disposé à considérer ses tourments sans les filtrer.
Cette perspective aboutit à son dernier livre « Half Life » (Editions Delpire – 2010). Rassemblant 7 années de travaux, Michael Ackerman y force le hasard et associe ses tirages afin d’induire des sensations, tisser des bribes qui incitent au vagabondage introspectif. Loin du simple recueil de photographies autarciques, l’ouvrage par sa scénographie  exprime les angoisses de l’auteur autant qu’il stimule les constructions du lecteur. Le mouvement perpétuel de l’objectif, la fugacité des instants pris constituent alors autant de portes ouvertes et de passerelles sémantiques.
Michael Ackerman
Pologne, 2007
 
Michael Ackerman
Pologne, 2003
 
Michael Ackerman
Italie, 2000
 
Michael Ackerman
Portrait
 
Michael Ackerman
Pologne, 2004
 
Michael Ackerman
Pologne, 2003
 
Michael Ackerman
Désespoir et isolement
 
Michael Ackerman
 
Michael Ackerman
 
Michael Ackerman
 
Michael Ackerman
Portrait
 
Michael Ackerman
Pologne, 2005
 
Michael Ackerman
Portrait
 
Michael Ackerman
Pologne, 1999
 
Michael Ackerman
Pologne, 2007
Images © Agence VU’
Plus d’articles sur Michael Ackerman

Étiqueté , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *