Ibrahim Shahda

En 2009, la galerie Polad-Hardouin consacrait l’exposition « La Rinascita » aux autoportraits d’Ibrahim Shahda (1929-1991). L’événement rassemblait une série d’huiles et de pastels exécutés par le peintre égyptien au cours de ses dix dernières années de vie. Malade et condamné à disparaître, celui-ci s’engage, en ces circonstances, dans l’art sans compromission. Mais si la mort est une composante essentielle de ces oeuvres – Shahda se choisit comme modèle et suit la dégénérescence de son corps -, son antithèse, la vie, l’est tout autant.
Ainsi, pour reprendre les mots de Roger Pierre Turine, « ses huiles sont véhémentes, exacerbées, chromatiquement brûlantes et convulsives. Ses autoportraits sont des torches, vêtements qui disparaissent sous la houle des coups de brosse, visages qui s’atrophient à mesure que le temps passe. Un festival d’ocres, de bleus, de blancs, de jaunes, de rouges. » L’énergie, la vibration, l’agitation de celui qui lutte pour s’arracher à l’inéluctabilité transcendent ces tableaux.
En contrepoint, lorsqu’il ne peut plus physiquement affronter la peinture et sa matière, Shahda s’oriente vers le pastel. Le mouvement s’inverse alors. La chair décrépit et les yeux, comme témoins ou dernier être-au-monde, se précisent. Le rythme se pose et le geste se contient. Le peintre glisse d’un rapport organique vers une approche spirituelle voire intellectuelle. Mais quelle que soit la dimension, la conscience et la volonté désespérée de dépasser la limite priment. Si pour Sartre, l’Enfer c’est les autres, dans le huis-clos de Shahda les limbes prennent forme dans le corps et son aliénation.
Ibrahim Shahda
Autoportrait au grand manteau bleu sur chemise blanche, 1982
Huile sur toile (146 x 114 cm)
 
Ibrahim Shahda
Autoportrait au corps très étrange, 1983
Huile sur toile (162 x 130 cm)
 
Ibrahim Shahda
Autoportrait à la grande cape, 1982
Huile sur toile (162 x 130 cm)
 
Ibrahim Shahda
Autoportrait surplis blanc sur vêtement grenat, 1983
Huile sur toile (162 x 130 cm)
 
Ibrahim Shahda
Autoportrait au corps clair visage coloré, 1983
Huile sur toile (116 x 89 cm)
 
Ibrahim Shahda
Autoportrait de face, tête rejetée en arrière, 1982
Huile sur toile (116 x 89 cm)
 
Ibrahim Shahda
Autoportrait, tonalité bleue, fond plus clair à droite, 1982
Huile sur toile (116 x 89 cm)
 
Ibrahim Shahda
Autoportrait au fond rouge, 1982
Huile sur toile (116 x 89 cm)
 
Ibrahim Shahda
Autoportrait au visage marqué de rouge, 1982
Huile sur toile (146 x 97 cm)
 
Ibrahim Shahda
Autoportrait au menton levé, 1982
Huile sur toile (146 x 89 cm)
 
Ibrahim Shahda
Autoportrait tête et corps ocres, 1982
Pastel sur feuille noire (65 x 50 cm)
 
Ibrahim Shahda
Autoportrait au visage allongé, brique et bleu, 1989
Pastel sur feuille noire (65 x 50 cm)
 
Ibrahim Shahda
Autoportrait au grand col, 1982
Pastel sur feuille noire (65 x 50 cm)
 
Ibrahim Shahda
Autoportrait au large cou dégagé, 1987
Pastel sur feuille noire (65 x 50 cm)
 
Ibrahim Shahda
Autoportrait l’impérieux, 1987
Pastel sur feuille noire (65 x 50 cm)
 
Ibrahim Shahda
Autoportrait aux accents bleus, 1982
Pastel sur feuille noire (65 x 50 cm)
 
Ibrahim Shahda
Autoportrait au casque, 1987
Pastel sur feuille noire (65 x 50 cm)
 
Ibrahim Shahda
Autoportrait avec un bandeau, 1982
Pastel sur feuille noire (65 x 50 cm)
 
Ibrahim Shahda
Autoportrait aux yeux bleus, 1982
Pastel sur feuille noire (65 x 50 cm)
 
Images © Galerie Polad-Hardouin
Plus d’articles sur Ibrahim Shahda

Étiqueté , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *