Gregory Kurasov

Né en 1958 à St-Petersburg, alors appelée Leningrad, Gregory Kurasov a, comme il s’amuse à le signifier, émigré, sans jamais se déplacer, d’une région surréaliste à une autre. Une considération peu anodine car, à la pointe de l’Art au début du XXè siècle (Chagall, Kandinsky,…), la Russie sombre ensuite dans un empêtrement expressif à la seule gloire du régime soviétique. Affranchie de ce dictat en 1991, la génération de Gregory Kurasov se retrouve dès cet instant confrontée aux nouveaux accents de l’Art contemporain.
Gregory Kurasov
Ce grand écart stylistique de 75 ans apparaît clairement sur les toiles du peintre qui y associe couleurs, lignes ou sujets simultanément traditionnels et modernes. Sculpteur au départ, il semble accorder une importance particulière aux formes, à la géométrie, aux espaces et à la symétrie des mouvements. Entre cubisme, constructivisme et art byzantin, ses travaux s’exposent régulièrement depuis 1993 aux Etats-Unis, au point que certains le suspectent, à tort, de s’y être établi. Une situation qui, une fois de plus l’amuse.
« Les Américains me perçoivent comme un peintre russe, les Russes comme un américain, les peintres m’imaginent sculpteur et les sculpteurs me savent peintre… »
Gregory Kurasov
 
Gregory Kurasov
 
Gregory Kurasov
 
Gregory Kurasov
 
Gregory Kurasov
 
Plus d’articles sur Gregory Kurasov

Étiqueté , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *