Elizabeth Patterson

Elizabeth Patterson étudie les Beaux-Arts à Minneapolis qu’elle quitte, diplôme sous le bras, en 1977. Installée deux ans plus tard à Los-Angeles, elle est contrainte, comme beaucoup d’autres à prendre un emploi dans une imprimerie. Mais un accident avec une presse lui brise la main et la prive de toute expression graphique. Quinze ans plus tard, sous l’impulsion de sa compagne, elle reprend le dessin… Nous pourrions interrompre le récit et troquer le scénario à Hollywood contre quelques deniers, néanmoins, derrière le conte, se cache une histoire d’Art. Car Elizabeth Patterson, armée de crayons, de graphite et de solvant, loin de tout enfantillage, développe un incroyable travail sur la lumière, la distance et les reflets. Combinant cette perspective aux distorsions provoquées par  l’eau, elle instruit des représentations mystérieuses et poétiques.
Elizabeth Patterson
Portraits en contre-plongée aquatique ou paysages routiers perçus au travers d’un pare-brise, ses dessins suspendent le temps pour constater l’émotion de chaque fraction de nos vies d’anonymes. D’Hollywood Boulevard à Mulholland Drive, à quatre heures du matin ou quatre heures l’après-midi, la magie opère, pour celui qui s’autorise à l’apercevoir.
Elizabeth Patterson
 
Elizabeth Patterson
 
Elizabeth Patterson
 
Elizabeth Patterson
 
Elizabeth Patterson
 
Elizabeth Patterson
 
Elizabeth Patterson
 
Elizabeth Patterson
 
Elizabeth Patterson
 
Plus d’articles sur Elizabeth Patterson

Étiqueté , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *