Eduardo Arroyo

Associé à la Nouvelle Figuration, acteur majeur de la Figuration Narrative, notamment en tant que membre de l’association Jeune Peinture, Eduardo Arroyo aura marqué la discipline par son approche à la fois critique et ironique. Né à Madrid en 1937, il s’installe à Paris en 1958 pour fuir le franquisme. Confronté à l’ébullition artistique et politique de la France des années ’60, ce journaliste de formation milite pour une peinture réaliste capable, comme le Pop Art, de se référer à l’imagerie contemporaine tout en retranscrivant des récits et des points de vue. « Nous entendons participer totalement au réel. C’est à dire accuser, dénoncer, clamer et ne pas fuir les sujets tabous tels que la politique ou la sexualité. »
Eduardo Arroyo
Ce positionnement le conduira, avec ses camarades, à présenter, en 1965, lors de l’exposition « La Figuration Narrative dans l’Art contemporain » organisée par le critique Gassiot-Talabot, une série conspuée de 8 tableaux, intitulée « Vivre et laisser mourir, ou la fin tragique de Marcel Duchamps », mettant en scène l’assassinat fictif du célèbre chef de file. Une métaphore dénonçant l’hégémonie d’un art strictement formel, vidé de toute substance et pourtant élevé au rang d’expression suprême. Cette même verve le poussera à contester la guerre du Vietnam, lors du Salon de la Jeune Peinture (1967) ou, en 1968, par la création collective d’une Salle rouge pour le Vietnam. Au cours des mouvements de Mai de cette même année, il fabrique nombre de d’affiches arborées pendant les manifestations.
La mort de Franco et le retour de la démocratie en Espagne pacifient son discours qu’il concentre dès lors sur la figure et le rôle du peintre, tout en conservant son style caractéristique: un collage à la fois cyclique et foisonnant fondant une peinture personnelle et homogène.
Eduardo Arroyo
 
Eduardo Arroyo
 
 
Eduardo Arroyo
 
Eduardo Arroyo
 
Eduardo Arroyo
 
Eduardo Arroyo
 
Eduardo Arroyo
 
 
Eduardo Arroyo
 
Eduardo Arroyo
 
Eduardo Arroyo
 
Eduardo Arroyo
 
Eduardo Arroyo
 
Eduardo Arroyo
 
Eduardo Arroyo
 
Plus d’articles sur Eduardo Arroyo

Étiqueté , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *