Alyssa Monks

Si vous aviez aimé Samantha French, vous adorerez Alyssa Monks. Née en 1977 à Ridgewood (New Jersey), cette peintre new-yorkaise excelle dans l’hyperréalisme. Par aplats et  dilutions, elle parvient à imiter, à reproduire tout type de matière. La pierre, le verre, la chair, ou l’eau, évidemment. Ce liquide translucide qui déforme les perceptions pour abstraire l’évident.
Car les peintures de Monks, outre la maîtrise technique prétendent explorer et rendre la tension entre abstraction et réalisme. « Lorsque j’ai commencé à peindre le corps humain, j’étais obsédée. J’avais besoin de créer autant de réalisme que possible. J’ai poursuivi ce réalisme jusqu’à ce que je commence à le démêler, à le déconstruire. Réalisme et abstraction entretiennent une relation symbolique: ils ont besoin l’un de l’autre pour exister et, éventuellement se rejoindre. »
Alyssa Monks expose régulièrement, en Europe ou aux Etats-Unis. Elle a remporté à trois reprises le prix de peinture de la Fondation Elizabeth Greenshields.
Alyssa Monks - Smush (2008)
Smush (2008)
Oil on linen (40 x 54 cm)
 
Alyssa Monks - Vaseline II (2007)
Vaseline II (2007)
Oil on linen (64 x 86 cm)
 
Alyssa Monks - Liquid (2006)
Liquid (2006)
Oil on linen (42 x 56 cm)
 
Alyssa Monks - Risk (2011)
Risk (2011)
 
Alyssa Monks - Scream (2010)
Scream (2010)
Oil on linen ( 48 x 72  cm)
 
Alyssa Monks - Undercurrents 1 (2007)
Undercurrents 1 (2007)
Oil on linen (16  x 56 cm)
 
Alyssa Monks - Still (2006)
Still (2006)
Oil on linen (36 x 48 cm)
 
Alyssa Monks - Chrome (2006)
Chrome (2006)
Oil on linen (72 x 54 cm)
 
Alyssa Monks - Skin (2006)
Skin (2006)
 
Alyssa Monks - Echo (2006)
Echo (2006)
Oil on linen (48 x 64 cm)
 
Alyssa Monks - Stalemate (2005)
Stalemate (2005)
Oil on linen (42 x 56 cm)
 
Plus d’articles sur Alyssa Monks

Étiqueté , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *